Radio critique

Les époux / Anne-Laure Liégeois / Deux méchants clowns
04 nov. 2018

CRITIQUES DE SPECTATEURS 

Le Théâtre de l'Union, CDN Limousin, propose cette année à ses spectateurs des ateliers de critique, dirigés par le critique dramatique Jean-Pierre Han.
Le premier spectacle autour duquel ces ateliers ont eu lieu, était "Les époux" de David Lescot, mis en scène par Anne-Laure Liégeois.
Aujourd'hui, Radio Théâtre vous propose de découvrir le fruit de ces ateliers, en lisant la critique de deux des participants.

Deux méchants clowns 

Anne-Laure Liégeois affectionne particulièrement l’étude des couples au pouvoir. Après les époux Macbeth, elle choisit de s’attaquer à l’histoire intime d’un couple contemporain : Elena et Nicolae Ceausescu. Et c’est tout naturellement qu’elle se tourne vers David Lescot, dont l’histoire familiale est toute empreinte du communisme, pour écrire le texte de cette pièce. Il en résulte un considérable travail historique qui offre une base solide à un spectacle contre toute attente très divertissant !

Car le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Anne-Laure Liégeois nous amène, avec beaucoup de finesse, d’intelligence et d’humour, à nous enfoncer dans les tréfonds de l’Histoire à travers le prisme de ce couple médiocre et inconsistant qui va pourtant parvenir à imposer une dictature implacable sur la Roumanie.

Tout d’abord, grâce au traitement burlesque de ces deux personnages magistralement interprétés par Agnès Pontier et Olivier Dutilloy : on suit médusés l’ascension de ces deux êtres plus que quelconques, pas franchement doués, loin s’en faut ! Les deux comédiens se donnent à corps perdu dans un jeu extrêmement physique, ce qui donne un rythme très intense au spectacle. Ils passent avec une aisance rare d’un registre à l’autre : lorsqu’ils commencent, on ne voit guère plus en eux que de piètres et méchants clowns. Puis, on les voit apprendre, petit à petit, à se mettre en scène. D’un non-jeu initial, le théâtre émerge tout en subtilité sur le plateau.

Anne-Laure Liégeois réussit le pari de ne tomber dans aucun des excès auxquels aurait immanquablement pu laisser place un sujet tel que celui-ci. Elle nous donne à voir la machine politique et ses dessous mais le trait n’est jamais forcé. D’ailleurs, on en arrive à les trouver presque attachants ces personnages, avec leurs petits travers (vol d’argenterie dans les demeures présidentielles et royales qui les accueillent) et leurs défauts (les voir s’extasier devant leur album photo auprès des plus grands de ce monde à leurs côtés).

On suit incrédules cette volonté farouche, ces efforts quotidiens pour combattre ces handicaps qui sont les leurs (son bégaiement à lui, sa banalité à elle). Quelle ascension vertigineuse jusqu’à leur chute, terrible, puisqu’ils finissent exécutés sous l’œil des caméras de télévision...
Mais là encore, la force de cette mise en scène réside dans le fait de nous présenter un spectacle tout en retenue et si intelligent ! Il nous apprend plein de choses sans en avoir l’air, et sans pour autant tomber dans le travers de n’être qu’une fresque historique.

Tout est une question d’équilibre, et Anne-Laure Liégeois réussit le pari de ne pas tomber ni dans la caricature ni dans la facilité : la scénographie somme toute minimaliste (trois pans de murs sur lesquels sont régulièrement projetées des images) laisse l’imaginaire du spectateur s’exprimer. On est presque toujours sur la retenue, laissant ainsi s’exprimer la force du propos plutôt que de l’imposer au spectateur par la force des images de destruction que d’aucuns auraient pu être tentés de projeter.


Isabelle Delbruyère

 

Il dit qu'elle est moche, elle dit qu'il est un abruti

Dans Les Époux, David Lescot délivre au monde une vision des femmes absolument glaçante.
Invité par la metteur en scène Anne-laure Liégeois à écrire l’histoire du couple Ceausescu et l’ascension fulgurante du dictateur, il fait le choix de tirer du mari le portrait d’un doux simplet quasi irresponsable, et de la femme celui d’une une harpie manipulatrice, contribuant ainsi, comme bien d’autres avant lui, au mythe d’Adam et Ève de la femme sorcière qui est la cause de tous les maux.
La mise en scène d’Anne Laure Liégeois remet pourtant en cause ce postulat. Et elle le fait avec finesse, de par le choix  de ne pas contester ce postulat, mais de le renforcer, par tous les moyens possibles, afin de le faire apparaitre clairement au spectateur.

Agnès Pontier et Olivier Dutilloy, les deux interprètes se donnent également à corps perdu afin de rendre visible le constat d’une féminité diabolique, en se jetant absolument dans la langue de David Lescot. Et c’est une langue brillante, quoi que l’on puisse penser de sa pensée. Hyper rythmée, drôle et mordante, sans répit et sans respiration, la langue exige des acteurs qu’ils se plient à son flow.

Anne Laure-Liégeois, qui a également monté Macbeth, et qui s’y connait bien en matière de sorcières assoiffées de pouvoir, créé au plateau un univers imbibé de féminité. À partir d’un espace neutre, mais véritable machine à jouer, composé de trois murs blancs qui serviront d’écrans, elle propose un univers sensuel et fantaisiste. La parfaite maitrise des couleurs dans les accessoires, costumes et lumière, les motifs végétaux des tapisseries projetés en vidéos, et même la violence du film des chiens de combats, tout dans son univers nous renvoie à la femme.

Que dire de ce spectacle, sinon que la metteur en scène est une personne intelligente, qui a su concevoir un univers cohérent, se positionner face au texte, et fabriquer des codes de jeu réjouissants pour le public et les acteurs ? Une femme tellement rusée, qu’on pourrait même la soupçonner d’avoir encouragé David Lescot à adopter ce point de vue pour qu’elle puisse développer le sien en contrepoint...

Certains reprocheront surement à Anne-Laure Liégeois le rythme du spectacle, qui il est vrai ne connait pas de véritable, transition, bascule ou rupture, avant la scène où Les Époux ont peur du monstre-foule qui grogne sa colère lors du dernier discours. Pour la défendre, on pourra leur répondre qu’il est dommage qu’en 2015 la convention classique de  « la bascule avant le paroxysme » soit encore si solidement ancrée dans les esprit des spectateurs et des artistes qu’elle rend bien des metteurs en scène timides de s’essayer à développer une autre forme d’écriture.

Laissons cette question-là ouverte, et rendons hommage à Anne-Laure Liégeois pour son art de la chute et pour l’horreur de la dernière scène, dans laquelle elle met en regard ses personnages guignols avec la réalité des images d’archives du procès des Caucescu. Giflés nous sommes, après nous être entichés des deux époux, de découvris les vrais, déjà morts, car vides d’humanité, dont les visages sont durcis par la haine et dont le physique réellement déformés par la méchanceté ressemble à celui de cadavres. 



Lisez une autre critique de spectateur au sujet du spectacle Les époux.

Le Théâtre de l'Union, Centre Dramatique National du Limousin, propose cette année une curieuse expérience à ses spectateurs : endosser le costume du critique !
Trois ateliers de critique seront donc dirigés par Jean-Pierre Han au Théâtre de l'Union cette saison.
Ils auront pour but une réflexion collective autour des œuvres vues et le passage à l'acte... d'écrire.
C'est la dimension du plaisir d'écrire et d'être spectateur qui sera mise en avant lors de ces ateliers.
Aucun niveau spécifique n'est requis, les ateliers sont ouverts à tous.
Critique dramatique, Jean-Pierre Han mène de nombreux ateliers de critique en France et est, entre autres, directeur de la revue frictions.
Radio Théâtre est partenaire de cette action et publiera au fur et à mesure des critiques de spectateurs rédigées lors de ces ateliers.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter notre entretien avec Jean-Pierre Han.

Trois rendez-vous sont proposés cette saison, autour des spectacles Les épouxRichard III - Loyauté me lie - et Neva
Il faut de préférence que les personnes souhaitant participer à l’atelier d’écriture critique assistent aux représentations suivantes :
 
Les époux 
de David Lescot. 
Mise en scène Anna-Laure Liégeois, le festin.
- du 14 au 16 octobre 2015 -
Représentation atelier le vendredi 16 octobre.
L’atelier critique a eu lieu le vendredi 16/10/15 à 18h30 et le samedi 17/10/15 de 10h à 12h et de 14h à 16h.
 
Richard III - Loyauté me lie - 
Une adaptation du Richard III de William Shakespeare. 
Un spectacle de  Jean Lambert-wild, Elodie Bordas, Lorenzo Malaguerra, Gérald Garutti, Jean-Luc Therminarias et Stéphane Blanquet.
- du 19 au 29 janvier 2016 -
Représentation atelier le vendredi 22 janvier.
L’atelier critique aura lieu le vendredi 22/01/16 à 18h30 et le samedi 23/01/16 de 10h à 12h et de 14h à 16h.
 
Neva 
de Guillermo Calderón.
Mise en scène Paul Golub.
- du 1er au 4 mars 2016 -
Représentation atelier le vendredi 4 mars.
L’atelier critique aura lieu le vendredi 04/03/16 à 18h30 et le samedi 05/03/16 de 10h à 12h et de 14h à 16h.

Tarif : 15€ par atelier d'écriture / forfait de 40€ pour les 3 ateliers + places pour les spectacles 
Attention, nombre de places limité à 15 personnes par atelier. 
 
Pour plus d'infos, n'hésitez pas à contacter le 05 55 79 15 78 ou par mail à public@theatre-union.fr

Les époux

Texte : David Lescot
Mise en scène et scénographie : Anne-Laure Liégeois
Assistée de : Audrey Tarpinian
Avec : Olivier Dutilloy, Agnès Pontier
Lumières : Dominique Borrini
Réalisation sonore : François Leymarie
Réalisation vidéo : Grégory Hiétin
Scénographie et costumes : Anne-Laure Liégeois
Régie générale : Antoine Gianforcaro
Régie son et vidéo : Guillaume Monard
Régie lumières : Patrice Lechevallier
Couture : Elisa Ingrassia

Avant-première les 25, 26 et 27 novembre 2014 au Volcan - Scène Nationale du Havre
Création les 6 et 7 mai 2015 au Cratère - Scène Nationale d'Alès
Co-production : le Festin - compagnie Anne-Laure Liégeois, Le Volcan - Scène Nationale du Havre


Prochaines dates


le 26 nov. 2015 - Les époux
La Merise - Trappes

Le 15 déc. 2015 et 16 déc. 2015 - Les époux
Espace des Arts -Chalon/Saône - Scène Nationale

Du 07 janv. 2016 au 09 janv. 2016 - Les époux
NEST Théâtre - CDN de Thionvile

Du 19 janv. 2016 au 22 janv. 2016 - Les époux
TDB - Théâtre Dijon Bourgogne - CDN

Du 02 févr. 2016 au 06 févr. 2016 - Les époux
Théâtre 71 - Malakoff

Le 25 mai 2016 et 26 mai 2016 - Les époux
L'Apostrophe - SN de Cergy Pontoise - Théâtre des Arts


Posté par: Isabelle Delbruyère
Catégorie : Rédaction Focus Limousin





comments powered by Disqus