Radio critique

Aquaserge
29 sept. 2017

Retranscription interview : Plateau Beaub Fm 
Le 12 août 2017

-AQUASERGE / Benjamin Vareille -

Audrey, Julien, Benjamin et les autres…

I. Des uns, fidélité!

Formé à Toulouse en 2005 autour du noyau dur de trois musiciens, et complété à travers le temps par l’arrivée d’atomes complémentaires, frondeurs de la scène, inconnus frappés, copains et autres prétendants à la famille, il y a un groupe français qui aimerait bien rester là où on l’attend, mais qui vous salue bien. Aquaserge ne répond à aucune des questions attendues, convient qu’à rien ne sert la musique, qu’il vaut mieux voir élastique, jouer serré, et avoir les coudées de ses camarades dans les côtes mais droit au cœur. Partis défendre Laisse ça être, leur dernier opus paru chez Almost Musique et Crammed Discs en début d’année, le collectif de Audrey Ginestet, Julien Gasc, Benjamin Glibert, Manon Glibert et Julien Chamla –en formation quintette –abuse de pyrotechnies imaginaires, de tours de force dada et de contre-pieds cinglants, ces très chers anglais, avec dans leurs sillages le frisson fébrile des étiquettes orphelines.
Invités à jouer à Nexon dans le cadre du festival de la Route du Sirque, cuvée 2017, le groupe a d’abord répondu à une interview radiophonique pour Beaubfm.89 où l’on apprend rien ou son contraire en excellente compagnie, avant de discuter backstage à L’étoile rouge de nouveau, d’abord seul façon Tintin, puis accompagné, mon loulou.
Chaque chapitrage de cet échange est augmenté d’une intervention off de Manon Glibert entre parenthèse, dont le degré de synchronicité s’avère toujours inouï.

Quant au livret dudit entretien, partition ad lib, il comporte des traces de tropicalisme, de soulèvement au japon, de la Reine du Danemark, de Radio Londres, de l’amiral Nelson, de lunettes mouche, de piscines californiennes, de plexiglas et de kiwi.

I. Des uns, fidélité!

Quoi c’est, et à quoi sert ?
Benjamin V: Vous êtes à Nexon ce soir pour une représentation qui est à 22H30, vous défendez Laisse ça être… Nom, prénom, instruments, professions des parents, signe astrologique, c’est à vous.
(Rires)
Julien Gasc : Beh alors je chante, je fais du synthé.
Benjamin Glibert : Je chante et je fais de la guitare. Je m’appelle Benjamin.
Audrey Ginestet : Et moi je chante et je joue de la basse, et du synthé, et je suis Gémeaux.

-La musique c’est quoi, et à quoi ça sert, Aquaserge?
AG: À rien.. (Rires). Ça ne sert à rien.

- La musique c’est inutile?
BG: Oui, je crois que c’est sa force.

- C’est parfaitement indispensable, puisque c’est inutile?
JG: Voila. Le superflu nous est indispensable.
(Rires)

- C’est quel Aquaserge que l’on voit ce soir, c’est quel alias ? Parce qu’on a le trio, le quintette, il y a l’octette…
BG: Quintette ! On ne rentrait pas à huit, on leur a demandé de rentrer chez eux… Mais oui c’est le quintette.

- Généralement il y a une différence entre ce que vous faites, live et studio, le personnel qui est en studio n’est jamais le même, ça change tout le temps?
AG: Oui!

- Une soixante de personnes ont bossé avec vous ces dernières années, c’est ça?
BG: Oui, tout à fait. On a calculé pour la blague, et il y a pas mal de gens qui passent…

- Et maintenant c’est resté. Soixante personnes c’est énorme, et pourtant il y a un noyau dur. C’est qui le noyau dur ?
BG: On ne sait toujours pas exactement, mais ça a commencé à trois, maintenant on est cinq, puis après on sera huit, ou on sera peut-être vingt…Il y a Barbagallo Julien, Gasc Julien…
JG: Glibert Benjamin.
BG: Et ça c’est la première mouture. Après Audrey Ginestet, en plus, Manon Glibert, Julien Chamla. Et puis après l’orchestra: Sébastien Cirroteau, Robin Fincker, Olivier Kelchtermans.

Name dropping sequence
- Donc dans tous ces gens-là, qui participent et qui sont le noyau dur d’Aquaserge, vous avez tous aussi des projets personnels. Vous êtes un collectif plus qu’un groupe, on peut le dire?
BG: Ça s’est dit.
AG: Oui les deux! Les deux.

- Collectif et groupe. Le groupe évolue, mais en même temps il y a beaucoup de collaborations. On peut parler d’April March, Melody’s Echo Chamber, Burgalat…
BG: Stereolab, Lætitia Sadier, et Aksak Maboul maintenant qu’on a eu l’occasion de les rencontrer et de jouer avec eux…
JG: Acid Mother’s Temple…

- Chassol, Emile Sornin et Forever Pavot...Il y a une hiérarchie, un ordre de préférence autour de qui intervient en live, qui intervient en studio chez vous ?
BG: Ce n’est pas très réglé, mais non, c’est en fonction de qui passe, qui a envie…

- Comme l’album précédent À l’amitié le sous-entend il y a une forme élastique de fidélité chez vous, alors est-ce que Aquaserge c’est un groupe fidèle ou infidèle ?
JG: C’est compliqué… Si on peut dire que regarder le mec d’à côté c’est de l’infidélité, par exemple, alors on est infidèles, oui.

LCE soundsystem
- L’album est paru en janvier, et le titre déjà, Laisse ça être, est intéressant. Alors moins clin d’œil mutin aux Beatles qu’en fait la référence à la volonté de capter une sorte de produit en gestation, c’est ça ? C’est le film de Michael Lindsey Hogg ?
BG: C’était plus le processus qui nous a fait penser à Let it be des Beatles. Ils avaient décidé de faire un album filmé, un film enregistrement, un truc comme ça, immergé dans sa création… Bon au final ça n’a pas vraiment abouti, mais c’était le process que l’on trouvait marrant. Mais toi tu en parleras mieux peut-être, Audrey, de comment on appelle ce cinéma ? Parce qu’Audrey vient de la partie…
AG: Essai ! Essai documentaire. Enfin voilà de notre côté autour de l’album, nous avons travaillé avec un cinéaste, Guillaume Bordier. Il a filmé nos trois sessions d’enregistrement pour essayer de capter en cinéma «le moment» où la musique se fait.

- Le processus créatif ?
AG: Oui et puis quand est-ce que la musique est là, enfin la musique, c’est-à-dire le morceau, la chanson, le hit, le truc que l’on va choisir. C’est marrant parce que Guillaume Bordier s’est rendu compte qu’il n’y est jamais. Il avait beau filmer tout le temps, quand il regarde les rushs, «le moment» n’y est pas. Il est où ce moment où la musique est là ? Il se passe plein de choses, mais la musique est peut-être là après…
BG: Oui ou elle est déjà là et on ne l’a pas vue arriver. C’est l’instant, c’est ça que tu veux dire?
AG: Oui !
BG: L’instant de création, l’instant X n’existe pas en fait…

- Du coup il y aura un produit fini, il y aura un film?
AG: Oui il y aura un film. Il est presque fini d’être mixé. J’étais en mixage là, il n’y a pas très longtemps…Le film va circuler en festivals de films d’abord, et ainsi de suite. En fait c’est un film indépendant que l’on sort, ce n’est pas de la promo pour le groupe.

- C’est un prolongement naturel de l’album ?
AG: C’est un prolongement, oui.

- Le titre est aussi dans ce côté un peu trompe la mort : vous ne voulez pas être un groupe qu’on laisse passer, qu’on laisse à regarder ou qui se laisse entendre. Parce que, sous-entendu derrière «Laisse ça être», et j’aime bien penser à ce côté paradoxal, il y a une forme de résistance, et non pas un laisser aller.
BG: Oui, je le voyais un peu comme ça aussi.
AG: Oui, ce n’est pas : «on se laisse aller». Mais en même temps «Laisse ça être» c’est aussi, puisque l’on crée à plusieurs, toutes les difficultés propres à cela. Qui est-ce qui décide, et à quel moment on décide que l’un va jouer cela et l’autre autre chose, que cette idée est bonne et pas une autre ? Et on s’est dit que là on irait à plein, et que l’on laisserait venir la musique, venir les idées, on laisserait le monstre se mettre en place et exister, oui.

Résistance anglaise
- C’est intéressant, on parlait de résistance à l’instant, plutôt que d’un laisser-aller, et vous êtes un groupe français… Ce qui me fait penser à la résistance française. C’est les paroles embouteillées de L’ire est au rendez-vous, un petit peu, c’est ce jeu-là. Donc ça se met en place mais vous avez des contraintes à la base ?
AG: Oui, il y a des contraintes. Mais c’est très très libre, c’est un peu comme le travail des Dada, des Surréalistes, tous ceux-là. On va dire que le «laisse ça être» c’est aussi qu’aujourd’hui la musique est quand même très formatée là où nous on essaye au contraire de laisser faire même le mauvais goût, laisser faire l’autre, laisser faire ce qui vient.
BG: Oui le «ça» ce serait un petit peu ce qu’on ne peut pas nommer parce que l’on ne sait pas vraiment quelle forme «ça» a…

- C’est le «das»!
AG: Ouais voilà.
BG: Oui peut-être. Ce n’est pas Heidegger ça ?

- Intéressant car quand la résistance est française, étrangement elle est sur la BBC.
L’Angleterre n’est jamais loin ?

AG: Oui. (Sourire)

- Surtout chez vous. On peut parler alors de Canterbury à loisir, on vous a comparés à Henry Cow, on pense à Soft Machine. Il y a des références qui sont plus importantes pour vous que d’autres? Robert Wyatt c’est évident…
AG: Ouais!
BG: Fred Frith moi je suis assez fan, ouais.
AG: Moi j’adore Dagmar Krause, la chanteuse donc de Henry Cow.

Voyage immobile
- Autre chose d’important sur l’album c’est aussi l’aspect voyage immobile. Écouter un album c’est un voyage très statique, et pourtant chez vous il y a beaucoup de géographie, on parle de Virage sud, de Tour du monde… C’est quoi, c’est un éloge de la distance, Si loin, si proche ?
AG: Ah tiens! On n’y avait pas pensé… Mais oui bien sûr !

- Rendez-vous, tour du monde, tout est topographique…
JG: La distanciation entre les sujets, entre les personnages aussi. Cela veut dire qu’on peut être à côté, et ne pas avoir du tout la même idée du son, ou de comment il va sortir, de comment il va être produit. Par exemple on a un sujet qui va essayer de rationaliser, et l’autre qui va dire : «non mais laisse ça être, laisse le jouer comme ça.
AG: On est proche et loin.
JG: Oui voilà. On est hyper proches par certains aspects, et par d’autres complètement différents, où l’on n’est pas en accord. Nous sommes en accord désaccords.
AG: C’est peut-être une invitation au monde, à être un peu plus comme ça, si on va à la rencontre de l’autre.
JG: Être un peu plus ouvert.

- De l’éloge de la distance à l’éloge de la différence, il n’y a qu’un pas en fait ?
BG: Oui.
JG: Peut-être à l’éloge de l’ouverture de soi, quand on n’arrive pas vraiment à éclore.
AG: Aussi à s’autoriser des mélanges de styles musicaux, qui ne se font pas, ou à s’approprier des trucs…

- Ça passe par le détournement donc.
AG: Oui.

- Le fait de dire «laisse ça être» et non pas «let it be», c’est déjà une récupération, une sorte de manière de se tenir, ou de récupérer ce qui n’est pas forcément à vous. On dit «si loin, si proche», vous ne dites pas «so close, so far away», c’est intéressant ce détournement «à la française».
JG: Post Situ…

- Vous n’êtes pas un groupe français, vous êtes un groupe «à la française» en fait !
(Rires)
JG: Oui il y a une dimension post-situationniste un peu, aussi…

-Parodique aussi ?
JG: Auto-parodique aussi! Ça peut arriver… (Rires) Dans Tour du monde

- Mais il y a des tas de petites phrases comme ça, que l’on peut récupérer: «domination colonialiste» dans un morceau qui s’appelle Tintin je trouve ça à mourir de rire.
BG: Ah je n’y ai pas pensé non plus…

Meet Julien Gasc
- Il y a des tas de choses comme ça, dedans. Est-ce qu’au final on peut le dire : groupe à la française, groupe cosmopolite, groupe multi-casquettes, et vous êtes obsédés par la géographie, alors vous êtes quoi, un groupe de rock deleuzien ?
AG: Pourquoi pas ?
JG: Ah…  Je ne l’ai jamais lu. Vu oui, mais jamais lu.
AG: Moi j’adore l’abécédaire, oui.

- Aquaserge si c’était un film, ce serait Le beau Serge, ou La vie aquatique ?
JG (off): Oui j’ai vu les deux, mais il y a un côté La vie aquatique. La troupe sur un bateau, ça va très bien, la foire sur un bateau c’est pas mal.
-Tout le monde sur un yellow submarine…
JG: Oui. Et Bill Murray quand même, Bill Murray pour toujours, super fan de Bill Murray.

A suivre...

 

Posté par: Benjamin Vareille
Catégorie : Interview La Route du Sirque





comments powered by Disqus