Pourquoi la critique ?

POURQUOI UN SITE DE CRITIQUE


L'empreinte et la portée du geste

Si j'applique l'acrylique sur la toile, vous percevrez la vibration des poils du pinceau dans 30 ans.
Si j'écris un livre demain et qu'il est publié, dans cent ans vous pourrez le relire.
Si je sculpte le marbre, il vous survivra.

Après un spectacle, il ne reste rien.
Rien de tangible en tout cas.

Si une vidéo du spectacle existe, elle est souvent infidèle.
Parce qu'elle n'embrasse pas le contexte.
Une vidéo en soi ne permet pas de mesurer le tremblement qui s'est produit alors et qui a fait dévier un peu le monde de la trajectoire qu'il avait.

Le destinataire d'une œuvre ?
C'est le public.

Oui.
Mais c'est aussi le futur.

Créer une œuvre aujourd'hui, c'est miser sur ce que sa réception modifiera demain ou tout à l'heure sur des pensées, des perceptions, sur des individus ou sur des mondes.

La critique vient se planter tout près du présent du spectacle.
Qu'elle "décrive le contexte" ou pas, elle nous renseigne sur l'époque du spectacle, et sur les modes de perception de ce temps-là.

C'est là, la grande force de la critique :
Elle nous parvient du passé.

La critique s'adresse presque toujours au futur.
Comme la vidéo, elle constitue une archive, c'est vrai.
Mais sa force est surtout qu'elle peut, ou pourra, nous servir d'unité de mesure.

Pour mesurer quoi ?
Ce qui s'est déplacé.