Speech

nouveau visuel speech.jpg

SPEECH

THEATRE ET DEBAT 
A jouer en salle ou en classe, diffusion en lycées possible.
Education populaire.
Jeu : Emilie Barrier
Jeu : Philippe Demoulin
Musique : Bastien Desvilles

Discours politiques joués = 30 min / Débat autour de la politique  = 1h30


Speech reprend des discours politiques, en s'appuyant sur leur théâtralité inhérente.
Il s'agira dans un premier temps de jouer les monologues face à la classe, sans préciser de quels bords politiques ils relèvent. Puis, suite à la représentation, d'ouvrir le débat, creuser, chercher, décortiquer les mécanismes du discours cherchant à convaincre, analyser ses propres mécanismes de réflexions, qu'ils soient le reflet de notre culture ou de notre personnalité.
Dans le cadre des représentations en établissement scolaire, nous souhaitons, par le théâtre, servir d'appui au travail des enseignants, pour éveiller une conscience politique chez les adolescents, et ne pas laisser cette part de leur éducation en pâture aux médias.

EXTRAITS DES DISCOURS 

"En venant ici aujourd'hui, je n'ai pas d'intentions cachées, je me bats pour mon avenir. Perdre son futur n'est pas comme perdre aux élections ou à la Bourse. [...] J'ai peur de m'exposer au soleil à cause du trou dans la couche d'ozone. J'ai peur de respirer l'air car je ne sais pas quelles substances chimiques il contient.[...] Tout cela se passe sous nos yeux et pourtant nous continuons à agir comme si nous avions tout le temps souhaité. Si vous ne savez pas comment réparer tout cela, s'il vous plaît, arrêtez le massacre !"
Severn Cullis-Suzuki - 12 ans - Discours au Sommet de la Terre de l'ONU, Rio de Janeiro 1992

"La France a besoin de ses entreprises ! Je le dis et je l'assume : la France a besoin de vous. Produire. Voilà un joli mot. Créer, innover, produire, investir, réinvestir, lancer de nouveaux produits, voilà encore des jolis mots ! [...] Moi j'aime l'entreprise."
Manuel Valls - Discours à l'Université d'été du MEDEF, 2015

"Notre Union européenne ne va pas bien. La priorité absolue aujourd'hui est de répondre à la crise des réfugiés. Depuis le début de l'année, près de 500 000 personnes ont gagné l'Europe. [...] Avons-nous oublié qu'un système de protection mondial, la Convention de Genève de 1951, a été créé pour accorder un refuge à ceux qui devaient sauter les murs pour échapper aux guerres et à l'oppression totalitaire ? Nous, Européens, devrions savoir et ne jamais oublier la raison pour laquelle il est si important d'accueillir les réfugiés et de respecter ce droit fondamental qu'est le droit d'asile."
Jean-Claude Junker - Discours au Parlement Européen, 2015

"Nous ne détruirons pas nos ennemis en allumant des bougies.
Nous ne détruirons pas nos ennemis en refusant de les nommer.
Nous ne détruirons pas nos ennemis si nous persistons à nier l'existence sur notre sol d'un véritable ennemi intérieur qui, loin d'être isolé plonge ses racines dans nos banlieues et nos cités.
Nous détruirons nos ennemis en appliquant un plan de combat."
Robert Ménard - Discours en réaction aux attentats du 13 novembre - Béziers, 2015

"Le sujet de la désobéissance civile est pris à l'envers... On se dit que le problème c'est la désobéissance civile.
Mais le problème, c'est surtout l'obéissance civile. C'est le nombre incalculable de gens qui ont obéi aux diktats de leurs dirigeants, qui sont partis en guerre dans le monde entier, et dont l'obéissance s'est traduite par des millions de morts. [...] Notre problème, c'est que les gens obéissent et que les prisons sont pleines de petits délinquants, tandis que les grands truands gèrent le pays."
Howard Zinn - Historien et politologue, 1970

"Cette justice d'élimination, cette justice d'angoisse et de mort, décidée avec sa marge de hasard, nous la refusons. Nous la refusons parce qu'elle est pour nous l'anti-justice, parce qu'elle est la passion et la peur triomphant de la raison et de l'humanité.
Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les députés, demain, grâce à vous, la justice française ne sera plus une justice qui tue.
Demain les pages sanglantes de notre justice seront tournées.
Demain, vous voterez l'abolition de la peine de mort.
Législateurs français, de tout mon cœur, je vous en remercie."
Robert Badinter - Assemblée Nationale, 1981


NOTE D'INTENTION


Speech s’adresse notamment aux adolescents et vise à éveiller chez eux une conscience politique par le biais du théâtre et du débat.

De forme simple, et composée de discours politique, la partie théâtrale de Speech sera portée par les comédiens Emilie Barrier et Philippe Demoulin. 

Le choix des discours veillera à être représentatif de la diversité des opinions, et les acteurs se plieront à cette règle, en portant avec le maximum de neutralité possible chaque parole politique. Ici, il ne s’agit pas d’influencer ou de transmettre un message, mais bel et bien de dessiner les points de repères du débat qui va suivre. Bien sûr, il est très dur pour un acteur de ne pas « donner son avis », de ne pas laisser entendre sa pensée en sous-texte, mais ce sera ici la condition première pour que le dispositif théâtre-débat puisse fonctionner. Speech demandera de l’abnégation à ses acteurs car il leur faudra s’abstenir « d’essayer de convaincre ». C’est-à-dire, « pas comme dans la vie », où chacun cherche souvent à convaincre l’autre. Ici, il s’agira plutôt de comprendre l’autre. Pour cette raison, la mise en scène sera épurée au maximum, presque sans effets musicaux et lumineux, mettant seulement en avant le passage d’une parole à une autre et l’essentiel de chaque pensée politique.

Une fois ces points de départ donnés, après la représentation, la place sera laissée à la prise de parole du public.
Nous cherchons à ce que le théâtre puisse devenir vecteur de débat, et Speech se fixe comme objectif de revenir à l’une des missions premières du théâtre : réussir à initier une réflexion collective.

Speech est un théâtre de cité, inspiré du théâtre forum.
Nous pensons que la conscience politique doit être invitée à se former le plus tôt possible, et qu’il est nécessaire et joyeux, dans une société où l’information afflue, (qu’elle soit réaliste ou « truquée »), de créer des espaces de réflexion commune dans lesquels la pensée politique des adolescents sera invitée à se construire. Nous proposerons à ces groupes d’adolescents de partager leurs points de vue, et  ils, serons amenés, de fait, à aborder des sujets de sociétés aussi variés que le capitalisme, l’immigration, le chômage, l’éducation, l’homosexualité, l’égalité des sexes, la liberté d’expression, etc.…

Nous pensons qu’en laissant libre cours à la parole, nous pouvons également réussir à éviter des crispations, dénouer des points de tension et que c’est par l’action de réfléchir en groupe que le jugement critique et l’esprit d’analyse pourront se renforcer.

Bien sûr, il sera demandé également aux adolescents de s’exercer à la prise de parole publique et  à l’argumentation. Beaucoup de choses peuvent naître de l’écoute d’autrui, et le groupe peut parfois aider à comprendre pourquoi on porte tel ou tel point de vue, qu’il nous vienne de notre histoire, de notre culture, ou encore des influences extérieures. Encore une fois, le but de Speech n’est pas de convaincre mais de transmettre le plaisir que l’on découvre dans le réflexe d’interroger son propre point de vue et ceux qui nous arrivent. Et, le plaisir qu’il y a, aussi, à s’affirmer et à prendre conscience de la portée de sa propre parole.

Speech s’adresse aux citoyens en devenir, afin qu’ils puissent se sentir concernés par les enjeux de société et de les inviter à l’implication sous-tendue dans le mot « citoyen ».

 

 


LES REGLES DU JEU DE SPEECH


Écouter, s’interroger, argumenter, s’interroger à nouveau.  

Qui n’a jamais assisté, juste avant le dessert dans un repas de famille, au moment du dialogue de sourds où les esprits s’échauffent et où la dispute politique éclate ? Souvent dans ces disputes à table, chacun défend son opinion avec fureur, refusant d’écouter l’autre, ne voulant pas écouter l’autre, déroulant sa pensée seulement. Ce n’est pas parce que j’ai la politesse « d’accorder un temps de parole à l’autre », que je « l’écoute ». Bien souvent, j’en profite seulement pour préparer mes arguments suivants, et je ne dévie pas de ma pensée première.
Dans Speech, la première règle du jeu sera d’écouter l’autre. D’accepter de prendre le risque de se laisser contaminer pas sa pensée. Si l’on sait qu’on est écouté, ou qu’on le sera tout à l’heure, il devient possible, alors, de vaciller sur ses fondements et de s’interroger. 

« Je sais ce en quoi je crois, mais bien souvent je ne sais pas pourquoi j’y crois. » 
Speech cherchera à décortiquer le mécanisme des opinions, à comprendre pourquoi l’on croit en ceci, et pas en cela. S’interroger et trier ses pensées, chercher ce qui nous vient de notre histoire, ce qui vient de nous même, ce qui nous parvient des médias… Trier et démêler (ou tendre à) les mille influences qui composent notre état de pensée actuelle. Se rapprocher un peu de soi si on y arrive, et essayer d’y voir plus clair. Mais ne pas donner de trop de crédit pour autant à notre pensée brute. La contextualiser, analyser une situation, un fait de société, à partir de son contexte et des faits historiques et sociaux qui la sous-tendent. 

Parce qu’aussi solide et intelligent qu’il soit, un raisonnement qui n’est pas exprimé n’évolue pas et ne contribue pas à la réflexion collective. Parce qu’il faut apprendre à argumenter et à organiser son discours pour se faire entendre. Parce que ce sont souvent les objections des autres qui nous poussent à affiner ce que nous pressentons. Speech sera un espace de parole ouvert, sans tabou, au sein duquel la parole des adolescents sera traitée avec respect et considération. Plusieurs expériences en France, tel le Parlement des Enfants sont mises en place afin de resituer la parole des adultes en devenir au coeur de la cité. Ces expériences nous disent la légitimité de la parole de ceux qui n’ont pas encore de pouvoir de décision. Elles nous disent aussi qu’il est important, dès le plus jeune âge, de prendre conscience du fait que notre opinion compte, et qu’avec un peu d’entraînement pour l’exprimer, il est possible d’arriver à se faire entendre. Elles nous racontent aussi que devenir citoyen passe par l’écoute, l’affirmation de soi, et la confiance en la valeur de sa pensée et sa propre capacité à raisonner. 

Lorsqu’on réfléchit seul, la pensée s’attache souvent à suivre son propre cours, à argumenter dans le sens de son idée initiale. Nous pensons qu’une réflexion collective peut ouvrir le champ des possibles. 
Speech ne demande que des choses difficiles. La pratique du débat, comme celle du théâtre, est un exercice exigeant pour les adultes et les adolescents. Le débat collectif est un temps à part, qui exige de nous ce que nous faisons rarement : l’écoute attentive, la remise en question, le dépassement de soi pour prendre la parole en public, l’argumentation. Plus difficile encore, la pratique du débat implique la position inconfortable d’accepter de douter pour avancer.



Le spectacle Speech a été accueilli au lycée Agricole des Vaseix, de février à avril 2016. Il a également été accueilli à La Mégisserie, scène conventionnée pour les Arts, les imaginaires et l'éducation populaire, où il a été joué pour des élèves du lycée professionnel Édouard Vaillant et du Lycée Paul Éluard à Saint-Junien au mois de mai 2016.


À ce jour, un peu plus de 300 adolescents ont assisté à Speech, contribuant ainsi à sa construction. 

En 2017, Speech sera mis en oeuvre dans le cadre du partenariat inter-etablissemement (Lycée Edouard Vailland et Lycée Paul Eluard), pour une dizaine de représentations. 
Une représentation avec les lycéens de ces deux établissement, les deux comédiens et un musicien, se tiendra à La Mégisserie, le 06 avril 2017.


Nous remercions la Drac Nouvelle-Aquitaine et ALPC, la Draaf ALPC et la Région ALPC, qui ont placé leur confiance en cette action et ont ainsi permis à ce projet de se construire.

Président et dirigeant de l'association : Benjamin Reveane.
CCN Entreprises du secteur privé du spectacle vivant
Producteurs ou diffuseurs de spectacles en tournée