Radio critique

Le réel, Billy Elucien et le théâtre.
12 oct. 2013

Rencontre avec Billy Ellucien, metteur en scène à Port-au-Prince, en Haïti, 
pour sa compagnie Foudize Théâtre.

Sa dernière création La fuite, adaptation de l'oeuvre de Gao Xingjian,
a été créée au Festival des Quatre Chemins, en 2012 en Haïti,
puis jouée au Festival Cap Excellence Théâtre, en 2013 en Guadeloupe.

Billy Elucien organise également un festival de conte depuis quatre ans : Kont Anba Tonèl 
(Avec : Mimi Barthélemy, France-Haiti / Francoise Diep, France / Joujou Turenne, Canada-Haiti / Benzo, Guadeloupe / Fayo, Guadeloupe)

Billy Elucien était invité par les Francophonies en Limousin cette année, afin de parler de son travail et de voir les spectacles programmés.
Nous le rencontrons au Centre Culturel Municipal Jean Moulin à Limoges, après la représentation de L'Homme Atlantique. Et nous parlons longtemps : de ce que nous avons vu ce soir-là, de son travail à lui, du théâtre en Haïti ou de tout autre chose ayant trait à Port-au-Prince : la musique, les bus, les gens, la danse.

 

CONVERSATION 

Qu'as-tu pensé du spectacle L'Homme Atlantique, adaptation de Marguerite Duras, et proposition du metteur en scène québécois Christian Lapointe ?

"Du linéaire"
 La forme (vidéo, son, lumière) ne ressemble pas à ce qui se fait en Haïti, donc cela m'a intéressé de point de vue-là. En Haïti, le théâtre explore plus le corps, la voix, et l'énergie.
Alors que l'Homme Atlantique, porte plus son attention sur le texte. C'est simplement dire le mot sans intention. Je ne connais pas bien l'écriture de Duras mais j'ai senti une linéarité dans ce que j'ai vu. Je n'ai pas été touché par le propos.

 

Peux-tu nous parler de ton spectacle La fuite ?

"Il faut affronter"
 J'ai trouvé l'histoire de La fuite proche de ce que j'ai vécu en 2004 : la chute du dictateur Jean Bertrand Aristide, prêtre président. À ce moment-là, il y a eu un fort mouvement étudiant. Les étudiants voulaient que l'université soit autonome. Il y avait un désir fort d'autonomie et de changement dans le pays. Et j'ai senti dans le texte de La Fuite, une chose similaire. Ce qui tue en Haïti, c'est la fuite. On n'aime pas la solitude. On fuit notre réalité car on ne veut pas toucher la plaie du doigt. Le rire est notre thérapie mais aussi notre manière de s’évader. Dans ce spectacle, je dis qu'il faut affronter.

 

A quoi ressemble le théâtre en Haïti ?

"Le rire"
 Le théâtre est très politique en Haïti.
Mais d'un autre côté, on cherche toujours du rire, même là où il n'y en a pas. C'est Molière qui disait :
« On corrige les mœurs en riant » !

"La production"
 Sur le plan de la production, créer en Haïti est difficile car il n'y a pas de mécène. Il y a un problème de mécénat mais aussi un problème d'espace de création, car il n'existe pas beaucoup de salle de théâtre. La Fokal (Fondation Connaissance et Liberté) a une salle polyvalente de 130 places : La Fokal-Unesco, et Les sœurs de Ste Rose de Lima, un auditorium. Ce sont les deux salles les mieux équipées. Le ministère de la culture ne subventionne rien, à part les fêtes patronales, le carnaval et les fêtes populaires.

"la diffusion"
 Généralement les productions théâtrales ne vivent pas longtemps. On ne peut pas faire des tournée a l’intérieur du pays. Il existe le Festival Quatre Chemins comme vitrine internationale, et les programmateurs y viennent, mais pas assez nombreux pour acheter les spectacles. On travaille donc toute l'année pour monter nos spectacles, qui sont souvent voués à ne jouer que dans le cadre du Festival des Quatre Chemins.

"Les artistes polyvalents"
 Il y a aussi un problème d'espace de travail. Avant le tremblement de terre il y avait déjà très peu de théâtres, maintenant seulement deux. Nous travaillons donc souvent en exterieur. Et cela nous demande une grande intelligence de rapport à l'espace, car celui-ci change tout le temps.
Cela développe certaines qualités, en Haïti tous les artistes sont polyvalents.

 

Suivez Billy Elucien et la compagnie Foudize Théâtre sur le net.
Découvrez les activitès de la Fokal (Fondation Connaissance et Liberté)

Posté par: Radio Théâtre
Catégorie : Interview Focus Limousin Francophonies Limousin





comments powered by Disqus