Radio critique

Entretien Fabrice Caravaca / Benjamin Vareille 4
28 janv. 2017

LES ÉDITIONS DERNIER TÉLÉGRAMME : « POST OFFICE FRANÇAIS »

Entretien Fabrice Caravaca / Benjamin Vareille

Les éditions Dernier Télégramme ont dix ans cette année. Fabrice Caravaca, qui les anime depuis leurs débuts, est le centre de cet entretien, où il s'agit d'ausculter autant le poète que l'éditeur. L'occasion de revenir sur la genèse de ce projet dont le programme est de se soucier par le livre de son objet, comme de son texte : le dialogue, c'est de s'effacer et de faire passer. Mais pas que. La maison défend des voix, des langages, qui s'emploient aujourd'hui au niveau national, avec les armes les plus modestes de ce côté-ci de l'arène, à nourrir une même émulsion.
L'entretien qui suit est extrait d'une série de trois rencontres d'une heure, réalisées entre avril et mai 2015, et orientées autour d'un lexique propre à celui de la maison d'édition.
En raison de la densité et la longueur de ce "dossier", Radio Théâtre le publiera en six parties, tout au long de l'été.

Vous vous apprêtez à lire la quatrième partie de ce dossier, qui constitue avec la partie troisLes voix chorales.
N’hésitez pas à revenir en arrière pour lire la partie un et la partie deux qui constituent : Le Dialogue.

 

 Les voix chorales : Episode 4


JACK MICHELINE

Benjamin Vareille
- J'ai choisi quelques auteurs, histoire de discuter de leur place. Tu parlais de culture rock, j'en ai pris certains qui a leur façon soulignent cette fibre chez toi. Alors évidemment, le premier est une évidence, parce qu'il me démangeait aussi – je vais te dire pourquoi – Jack Micheline. Poète Beat, on peut le dire ?

Fabrice Caravaca
- Non, il est n'est pas Beat...

- Assimilé au mouvement quand même, mais il est aussi indépendant. C'est les deux...

- Poète de rue, cela va mieux que poète Beat.

- La voix et le dialogue chez lui c'est avant tout un flux, un (contre-)courant. Un aspect que j'aime beaucoup en lisant Un Fleuve de vin rouge. Une volonté de retrouver les mélodies premières chez toi, comme Kerouac ?

- Oui c'est ça, c'est exactement ça. C'était une façon d'avoir Kerouac au catalogue, de manière directe et indirecte par ailleurs. Vu qu'il y a une petite introduction – bon il ne s'est pas foulé – mais c'est tout de même pas mal, ce petit mot sympathique qu'il met à l'intention de Jack Micheline. Pour moi c'était important. C'est aussi un cadeau que me fait Lucien Suel, parce que c'était lui qui avait publié ce texte-là dans sa collection/publication qui s'appelait S.U.E.L. : Station Underground d'Emerveillement Littéraire. Lui avait publié cette chose-là, mais puisqu'il avait arrêté de faire ces petits objets, ces livres qu'il faisait lui-même « à la maison », en petits tirages, il savait que j'aimais bien ce texte et donc m'a dit « si tu veux je te laisse celui-ci. » Puis j'ai fait le boulot pour contacter le fils de Jack Micheline, obtenir les droits, faire tout cela correctement. Et ça s'est très bien passé, y compris avec l'éditeur de ce texte – d'ailleurs je dois lui envoyer un petit mot – qui était très content. Je suis même intervenu sur la mise en page, parce que cela m'embêtait de garder cette mise en page-là comme c'est très compliqué de rendre hommage au texte original...

- La traduction est de qui ?

- La traduction est d'Alain Suel, le frère de Lucien. Donc, le fils de Micheline me dit qu'au départ le texte était justifié de manière très classique, comme ce que je lui proposais. Ce qui était pas mal, et l'on a gagné du temps pour la mise en page.

- Où habite-t-il ?

- Euh, je ne peux pas te dire, c'est passé par l'éditeur qui m'avait dit de le contacter. Puis il m'a dit que ça allait comme ça : pas de droits, et à partir du moment où je le faisais, je lui envoyais quelques exemplaires, et je le tenais au courant. Et effectivement c'est devenu une façon de revenir à ces premières amours pour moi, la littérature américaine, la Beat Generation... Dont Kerouac autour duquel j'ai fait pas mal de détours, pour reprendre l'expression de tout à l'heure. C'est aussi une façon de poursuivre le travail que nous faisons avec Lucien Suel, presque depuis le début de la maison d'édition.

- A propos de la voix et du dialogue, ici comme flux ou courant chez Micheline, c'est la part de son style à lui, ce côté à la fois flux mais aussi rugueux, ces remous caillouteux. C'est quelque chose qui te plait ?

- Oui, ça frotte un peu. Il y a une fausse simplicité souvent dans son écriture...

- C'est un truc un peu américain.

- Oui, on retrouve ça chez pas mal de ces auteurs. Chez Gregory Corso, ou d'autres de cette époque-là. Lui était un petit peu plus jeune, puisqu'il est mort il n'y a pas si longtemps. C'était quelqu'un qui a « rendu hommage » à Kerouac assez souvent, dans des salons, des rencontres.

- Je te dis à la faveur de quoi j'y ai pensé : j'ai remarqué qu'il était dans les éditions Mona Lisait, celles de Marie-Laure Dagoit.

- Alors Marie-Laure Dagoit, ce sont les éditions Derrière la salle de bain.

- Oui, mais elle l'avait édité à l'époque pour les librairies Mona Lisait.

- Ah oui, en fait elle l'avait édité après que Lucien ait terminé, et je ne pense pas que le texte y soit en intégralité.

- C'était donc avec l'accord de Lucien, ou pas ?

- Oui.

- Parce que le catalogue Derrière la salle de bain est un catalogue ultra riche en poésie Beat.

- Evidemment oui. Elle a un très beau catalogue, que j'aime beaucoup...

- Il y a des objets magnifiques oui...

- Et elle, pour le coup, est vraiment une éditrice indépendante. Elle se démerde toute seule, fait tout « à la maison »... Il y a là quelque chose d'assez exemplaire dans la démarche, et dans le choix des textes. Aussi bien des textes de poètes et d'écrivains morts qu'elle édite, que des choix de poètes vivants, contemporains, et qui ont notre âge. Ou peut-être plus vieux.

- Il y a même quelqu'un chez elle qui est à ton catalogue il me semble... ?

- Oui il y en a plusieurs même, je pense.

- Christophe Manon ?

- Oui Christophe Manon, voilà. Elle avait fait quelque chose avec Pierre Mikaïloff que j'ai publié une fois, et possiblement d'autres j'imagine.

- Elle a été la compagne de François Di Dio...

- Je ne suis pas trop ce genre de truc...

- Tu ne sais pas ? C'était sous l'influence de cette maison, Le Soleil noir, qui s'est transformé en Arachnoïde après, petit à petit...

- Ah oui ! J'aime beaucoup le travail de l'Arachnoïde. Je connais Olivier qui maintenant s'occupe de ça. De très beaux livres, avec une esthétique... Un garçon que je ne vois pas assez souvent, à part une fois ou deux dans l'année pour des salons. Un très chouette mec, très exigeant.

- Pour en revenir à Micheline. Tu es tombé comment sur le texte ?

- Comme je te l'ai dit, parce que je suivais ce que faisait Lucien. Donc j'achetais régulièrement ses publications, dont celle-ci. Et je me demande si la maison d'édition existait, alors. Je l'ai depuis longtemps, ils en avaient bien parlé avec Lucien, comme d'autres choses que j'ai bien aimées et qu'il a publiées.

- Ce genre de texte rentre dans une dynamique de publication justifiée, au regard du reste du catalogue ? Ou est-ce que tu penses qu'il y aurait encore matière à tirer de ce côté-là, si c'est un côté, précisément ?

- Non, c'est tout à fait exceptionnel pour ce livre. C'est un auteur mort. Je voulais même créer une collection spéciale, en me disant qu'il pourrait peut-être y avoir des rééditions, des choses comme ça. Mais j'ai préféré rester dans ce que je fais, les auteurs avec qui je travaille, justement pour qu'il y ait toujours cette possibilité de rencontres, de lectures, de moments partagés... Donc cela relèverait plus de mon histoire personnelle, que j'inclus dans l'histoire du catalogue – qui pour moi n'est pas sans lien, vu qu'il y a cet échange avec Lucien qui est important. Et puis nous partageons ce même amour pour la Beat Generation, Jack Kerouac... Et Lucien est traducteur de Kerouac, chez La Table Ronde : pour Le Livre des Esquisses, la traduction est de lui. D'ailleurs j'avais un projet avec Lucien, mais maintenant je pense qu'il n'aura pas lieu. Il m'a dit que ce serait un peu compliqué... Le fait est que Tristessa n'était plus disponible pendant très longtemps...

- Oui, mais il a été réédité en Folio.

- Oui, voilà. Et j'avais pensé à Lucien pour en faire une traduction, récupérer les droits chez Stock, ou voir chez Gallimard derrière. J'avais ça en tête depuis longtemps, et puis ça ne s'est pas fait, ce n'est pas grave. Je suis content que le livre soit à nouveau disponible.

- Tu sais qu'il y a The Sea is my Brother ? Chez Penguin, et il n'y a toujours pas de traduction. Le roman perdu...

- Ah... mais je ne suis pas sûr qu'il y en ait ! C'est une sorte de long poème je crois.

- Oui c'est entre les deux, mais on se rapproche du poème.

- Je ne me souviens plus à quel moment il écrit ça.

- Je crois que c'est au début des années quarante.

- Oui il me semble bien, parce que c'est avant l'écriture de Sur la Route c'est sûr.

- Et je crois que ce n'est pas si éloigné que ça...

- Pour simplifier, il commence l'écriture de Sur la Route à peu près en 1950, après la publication de The Town and the City.

- C'est ça, The Town étant considéré comme son coup d'envoi.

- Son premier livre oui, mais qui est très classique, et finalement très inspiré de Thomas Wolfe - c'est L'ange exilé, dans une certaine mesure, revisité.

- Ce ne sont pas des choses que l'on pourrait retrouver dans ton catalogue ? Pas forcément Kerouac, mais des choses qui se rapprochent de cette veine-là.

- C'est compliqué de faire ça. Mais je ne veux pas monter cette collection, comme je le disais, je ne crois pas que cela soit ce que j'ai vraiment envie de faire. D'autres le font très bien, et je suis plutôt sur cette poésie, cette littérature dont on est en train de parler.

EMMANUEL RABU

- Deuxième auteur dont je voudrais que l'on parle : je l'aime beaucoup, moi, il fait un peu figure d'outsider, et en même temps il est très bien dans ton catalogue, c'est Emmanuel Rabu.

- Oui, nous avons fait un seul livre ensemble. C'est un livre que j'aime beaucoup, c'était au début de la maison d'édition. Et c'est par l'entremise de Sylvain Courtoux, comme ils sont très amis ensemble. Il y a aussi un lien avec Emmanuel, même si l'on ne se donne pas trop de nouvelles. Il faisait la revue PlastiQ il y a une dizaine d'années, un peu plus. Il y avait un CD avec, et puis ils se sont arrêtés aussitôt. Et au même moment il y a eu le livre-CD de Julien Blaine au Blockhaus DY 10 de Nantes, où interviennent Rabu, Courtoux, Phil Tremble, etc.

- A l'initiative de Julien Blaine aussi ?

- En tout cas il était très content que ça se fasse ! Mais c'était un disque qui devait initialement sortir dans la revue PlastiQ. Et il me convient très bien, car l'on voit plusieurs aspects, du point de vue de l'écriture, du travail de Julien. Il y a son côté performer, et – ce qui est très important pour lui – l'attention qu'il porte à se faire bien entourer, et notamment dans la découverte. C'est-à-dire que les personnes qui à l'époque bossent avec lui n'ont peut-être pas trente ans, et lui reste toujours très attentif à ce qui se fait, aux nouvelles voix. J'aime beaucoup Julien pour ça. Donc, le texte d'Emmanuel Rabu : Cargo Culte. C'est important à plusieurs niveaux : d'abord pour la qualité d'invention littéraire de ce texte, et aussi parce que symboliquement cela fait vraiment écho au nom de la maison d'édition, au lien plus ou moins conscient qu'il y a avec Gainsbourg, et ainsi de suite...

- Précisément ! Il revient sur un nœud sémantique invisible, une perspective tramée, un télescopage « pop » dans cet essai, ce texte.

- Une histoire de télescopage historique, de mise en abîme permanente, c'est ça. J'ai toujours utilisé ce mot de télescopage pour lui, et « pop » cela peut très bien fonctionner.

- Je trouve que ça marche bien, et ça vient flirter de loin en loin avec des gens que j'aime beaucoup comme Jean-Jacques Schuhl... Que je t'invite à lire.

- Oui ? Je connais très peu, je n'ai pas assez lu pour avoir suffisamment d'éléments pour faire le lien.

- Alors on ouvre Cargo Culte, il y a le Spirit of Ecstasy de Rolls Royce, Ege Bamyasi, des instantanés sixties... La voix y est affaire d'écho et de correspondances, en champ et hors-champ...

- Oui, évidemment !

- C'est représentatif de ton catalogue aussi ?

- Oui, assez, effectivement. Même si dans le catalogue, concrètement, il y a moins ce côté expérimentation. Mais là, pour moi, ce n'est pas quelque chose de blanc. Sur la couverture nous voyons ces câbles, et il y a quelque chose qui est en train de faire du lien, d'une source à une autre – comme si il n'y avait pas une entrée et une sortie, mais que des entrées. Ce qui allait en ressortir, c'est une forme d'explosion du texte, et elle marche juste sur une phrase ou deux qui arrivent. C'est pour cela que l'on a pris un format assez grand, pour qu'il y ait une respiration dans la page, que cela devienne aussi très esthétique.

- C'est très électrique...

- Le choix de cette image, c'est Emmanuel qui l'a fait, au début. Je n'ai pas compris tout de suite où il voulait en venir avec ça, et, au fur et à mesure, deux ou trois petites choses me sont venues, et j'ai trouvé ça très judicieux.

- Une invitation à se brancher ?

- Aussi oui, mais à se brancher, et ne pas être « branché », c'est-à-dire à ne pas être à la mode, pas être « in ».

- Ah et « Qui est in, qui est out ? »...

- On peut toujours beaucoup s'amuser ...

PIERRE MIKAÏLOFF

- Toujours rock, et en poésie « plugged in » cette fois-ci, et pas « unplugged » – encore qu'avec des entrées...

- Donc là, c'est Pierre Mikaïloff j'imagine.

- Oui, pour le coup, il a retenu mon attention.

- Mais c'est un titre un peu à part dans le catalogue...

- Pour Au Son des Remington...

- C'est aussi une affaire de rencontre cette histoire. Pierre je l'avais rencontré en 2005, c'était dans le cadre de la formation, parce que son livre Some Clichés était un manuscrit qu'il avait envoyé aux éditions Le Passeur, et s'est retrouvé dans la formation. C'est mon camarade Jean-François Bourdic, des Fondeurs de Briques, qui avait travaillé dessus et défendu ce texte. Si tout s'était passé correctement dans cette formation le livre serait sorti au Passeur – mais ça ne s'est pas fait, donc. Et il y a eu sortie chez L'Harmattan – alors on pense ce que l'on veut de L'Harmattan – mais dans une collection où il y a eu un vrai suivi, et ce livre a obtenu ce qu'on peut appeler un petit succès. Et donc nous nous sommes croisés quelques fois avec Pierre, et je savais qu'il a cette chose-là, et l'on se retrouve en salon à Châteauroux. J'avais lu son texte, et c'était l'occasion de le voir en vrai et d'en parler. Après en avoir discuté, on l'a fait, tout simplement. C'est au fond une histoire d'amour ce texte, et j'aime comment il fonctionne avec ces toutes petites choses, ces tout petits poèmes qui sont là, et peuvent faire penser à une poésie américaine, comme Brautigan...

- Oui, il y a la galaxie Brautigan, Bukowski aussi, n'est pas très loin. Il a quelque chose de ces contemporains-là.

- Peut-être... Mais j'ai bien aimé ça et ça a été l'occasion de se revoir après puisque l'on a fait une poignée de rencontres ensemble, et qu'il est venu ici à Limoges. On avait fait une soirée au bar des Parachutistes Belges, et c'était sympa.

- Il a performé au sein des Désaxés dans les années quatre-vingt, aussi...

- Oui, il avait son groupe, et puis guitariste de Jacno...

- Et il a chroniqué des icônes pop, comme Daho, Birkin, avec Rock & Folk derrière...

- Oui, il fait beaucoup de choses comme ça, des sortes de biographies pour ces chanteurs oui. Il travaille aussi pour la télévision, avec des documentaires.

- Et ça a culminé au théâtre tout ça, avec le [Re]play Blessures (Avec Irène Jacob au Théâtre Marigny à Paris, en 2011) sur Bashung. Tu as vu ses pièces ? Il y avait Dernières nouvelles de Frau Major (Une production du théâtre Louis Aragon à Bordeau sous la férule de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, en 2013) aussi.

- J'ai écouté un peu ce qu'il faisait cet été, notamment sur Bashung, oui. Il y a des choses qui m'intéressent. C'est quelqu'un que j'aime bien, ce qui ne veut pas dire que tout ce qu'il fait m'intéresse forcément, mais c'est quelqu'un que j'apprécie.

- Quelqu'un qui a un parcours, qui est en dehors de ta maison d'édition, et qui au regard de ce qu'il est capable de faire, c'est-à-dire des pièces, des scénarii, de la prose autant que ce que l'on peut assimiler à de la poésie, est extrêmement polymorphe...

- Oui, et puis il fait partie du milieu de la musique à Paris, mais je le trouve très humble, moi. Il n'en fait pas des tonnes, et connait très bien tous ces gens-là. C'était rigolo de discuter avec lui, qu'il me raconte ses anecdotes.

- Représentatif de ton catalogue, et encore à part.

- Oui, il est part. Il a sa place, mais c'est une place à part, en cela qu'il est peut-être plus difficile de faire du lien avec d'autres textes.

- Dans quelle mesure ?

- Disons, par rapport à la notion de lyrisme dont on parlait tout à l'heure, et qui commence à devenir une mission de plus en plus importante dans le catalogue. Un peu comme Jack Micheline aussi – enfin tu prends tout de même trois textes qui ont des places tout à fait particulières dans le catalogue.

- Mais je n'ai d'yeux que pour les marginaux...

- Bon, pour Micheline c'est particulier, bien qu'il y ait toujours le lien avec Lucien. Pour Pierre et pour Emmanuel, il n'y a jamais eu de suite dans le travail, nous n'avons pas fait d'autres livres et chacun avait d'autres choses à faire. Il ne me semble d'ailleurs pas avoir eu de propositions de leur part par la suite.

- Et ça te plairait de refaire un truc avec Rabu ou Mikaïloff ?

- Je ne sais pas, tu sais, tout dépend du texte. Dans l'absolu ce n'est pas du tout impossible. Après, je vois ce que fait Emmanuel à titre d'exemple, je pense qu'il se débrouille très bien, n'a pas besoin de moi spécifiquement.

- Ce sont des auteurs qui ressemblent à des outsiders, et c'est ça que j'aime bien.

- Mais moi je ne comprends pas ce que outsiders veut dire...

- Des gens dont les textes sont un petit peu à part dans le catalogue, ils sont tous édités en quoi, hors collection ?

- Oui, ils tous dans la même collection...

- Et ils ont tous un apport qui est très ponctuel, un seul texte...

- Oui, c'est ça ! C'est ça aussi toute l'histoire.

- Et c'est cela qui fait le chœur, l'aspect choral de la maison d'édition et qui fédère des personnes d'horizons divers ?

- Oui, c'est aussi cela qui fait que l'on reste avec des gens longtemps, avec qui l'on va publier à plusieurs reprises. Et que d'autres sont là, sont des ponctuations dans l'histoire et qui néanmoins l'enrichissent terriblement.

ANDRÉ MARKOVICZ

- Le dernier auteur que je voulais que l'on aborde, c'est André Markovicz. Traducteur majeur, parce que Dostoïevski, Pouchkine, Shakespeare et puis Marlowe !

- Oui, c'est évident ! Pour moi, qui suis un grand fan de Dostoïevski – enfin « grand fan » - c'est un écrivain qui est vraiment au dessus du lot.

- Il a un côté passeur...

- Oui, c'est quelqu'un qui vient du théâtre, la traduction c'est aussi cela, comment permettre à la langue de Dostoïevski de prendre toute son ampleur... C'est vraiment étonnant. Je relis au fur et à mesure Dostoïevski dans sa traduction...

- Chez Babel.

- Chez Babel, oui. Là c'est une rencontre, mais pas juste d'André, c'est une rencontre collective par rapport à un projet.

- Ce projet, c'est le projet un peu monstre, on y arrive. Tu l'as dit il vient du théâtre, il a bossé avec Benno Besson, Anatoli Vassiliev, Mathias Langhoff, à travers Ostrovski et Tchekhov qui ont notamment été adaptés. Donc un peu metteur en scène de surcroit...

- Oui et c'est aussi un comédien, entre plein d'autres choses. Ce qui est intéressant ici, c'est l'histoire qu'il a eu avec une compagnie de théâtre qui s'appelle L'Unijambiste, à Rennes puisqu'il vit là-bas aussi – et eux sont en lien avec le Limousin. Comme ils travaillent ensemble, David Gauchard – qui est directeur, metteur en scène de cette compagnie – a ce texte qui s'appelle Herem, d'André...

- Sorte de gros œuvre, à collaboration tricéphale, c'est un projet très ambitieux.

- Oui, mais très simple. D'ailleurs la mise en scène est comme ça. C'est très dur de faire les choses simples, ainsi. C'est juste une lecture, en fin de compte, mais une lecture à trois voix. Et pas n'importe lesquelles puisqu'il y a celle d'André, l'auteur, celle de Vincent Mourlon, un comédien qui travaille souvent avec L'Unijambiste, que j'apprécie beaucoup, et il y a Arm, un rappeur, qui a notamment un projet - Psykicklyrikah - avec Olivier Mellano. Et Mellano, qui vit également à Rennes, comme Arm, fait un peu la bande son, dirons-nous, de ce projet. Quand l'on voit ça au théâtre, on n'a pas l'impression d'être au théâtre mais plutôt de voir un film, quelque chose qui nous place complètement hors du temps, avec cette histoire autour de la mort d'une personne. Parce que le terme « herem » c'est cela : c'est un terme juif qui veut dire « celui qui est mis au ban de la communauté, qui est répudié ». Là je reprends les mots de David Gauchard : Herem, c'est celui qui est mis hors de la vie, qui va vers la mort. C'est un texte que je trouve très ardu, pour moi, mais qui est magnifique. Une très belle écriture avec des références, que je n'ai pas toujours maitrisées à la première lecture évidemment ; l'intérêt est dans toute cette mise en voix, mise en musique, et mise en image aussi – il y a tout de même le travail de Dan Ramaën qui est sacrément important – car pendant la « représentation », il y a trois personnes qui lisent, il y a Olivier Mellano à la guitare, et un diaporama de plus de trois-cents images, photos, etc. Eux m'ont raconté l'histoire, comment cela se passait, comment se sont prises les photos, se sont faites les rencontres...

- C'est assez fou. Il y a une dimension déjà plurielle à considérer les acteurs de ce projet, puis plurielle aussi dans les voix, et à elle seule celle de Markovicz (traducteur, auteur, acteur...). Une sorte d'émulsion très stimulante ?

- Pour moi, rencontrer tous ces gens-là était tout à fait extraordinaire. Ce sont des personnes de grande simplicité, de grande humilité, de grand talent. Ils tenaient absolument à ce qu'il y ait objet qui se fasse à partir de cela, qu'il y ait une trace de leur travail qui reste, comme une sorte de testament – comme on parle de la mort, le mot est bien choisi. J'ai essentiellement travaillé avec Dan, c'était tout le travail de mise en page. Dan avait pris cela en charge tandis qu'Olivier s'occupait du son, et, chose assez belle dans cette histoire, ils ont accepté de faire ce travail avec moi.

- Comment la rencontre s'est-elle faite ?

- En fait, il y a eu plusieurs choses. Comme ils ont un lien avec la région, ils ont demandé au CRL s'il y avait un éditeur qui se proposerait. Ils avaient d'autres contacts avec d'autres éditeurs, mais ça n'a pas pu se faire. Ensuite il y a eu un autre lien en la personne de Yann Dissez, qui bossait à Rennes à l'époque, et dont le travail concerne le livre. Il fait un gros boulot en Poitou-Charentes, je crois. Et donc, je ne sais plus pourquoi, je me retrouve à Rennes, et nous discutons. J'avais d'abord vu ici David Gauchard et Pierre Ménasché, le trésorier de L'Unijambiste et qui habite en Creuse. Après quoi on lance le travail.

- Markovicz était présent ?

- Oui, je l'ai rencontré en vrai à Rennes. C'est un projet qui a pris un peu de temps, un peu de retard. Dan avait des exigences tout à fait légitimes au sujet de la qualité des photographies. On obtient ce livre-là, avec une grande partie de ses images, et donc le texte d'André, et un enregistrement d'une des représentations.

- Les mots, les sons, et les images qui se mélangent.

- Oui. Et je suis toujours en contact avec eux, de près ou de loin, avec Olivier et Dan surtout.

- A quel point Herem, le texte et le projet, peut-il au même titre que les auteurs dont on a parlé précédemment faire figure d'œuvre à part dans ton catalogue ?

- Déjà c'est un livre à part pour moi, personnellement, et le texte l'est de son fait. A priori, j'imagine que si j'avais repris le texte tel quel, je ne l'aurais pas publié. Il fallait vraiment qu'il y ait toute cette histoire-là pour que je prenne aussi la dimension du texte. Je pense que, en tant qu'éditeur ou lecteur, je n'avais pas tous les éléments en main pour saisir l'importance de ce texte. Donc je remercie tout le monde pour le travail qui a été fait, et pour la découverte d'André, de l'auteur, par le biais de cette collaboration.

IDENTITÉ COMME EFFACEMENT 

- Si tu devais prendre un texte, un auteur, parfaitement représentatif de ta ligne ?

- Oh, c'est compliqué, c'est vraiment dur comme question...

- Vas-y, tente. Le premier qui t'es venu à l'esprit, il y en a forcément un qui t'es venu.

- Non... enfin oui, bien évidemment... Ce serait L'Éternité, de Christophe Manon.

- Pourquoi ?

- Pour moi c'est un texte vraiment très important. Après quoi, ce qu'il y a de presque embarrassant c'est l'histoire humaine qui s'est créée entre lui et moi, cette amitié qui ne doit pas enlever mes capacités de jugement vis-à-vis de ce texte. Je crois que c'est un texte qui permet des échos, justement, et je crois que lui-même fait écho en chacun de nous quand on le lit. Il y a quelque chose qui se passe...

- Il y est question de quoi ?

- Pour reprendre les mots de Christophe, ce serait peut-être essayer de prendre conscience de cette possibilité de fraternité entre tous les êtres et toutes les choses.

- Cela rentre en écho avec tes propres textes, non ? Je pense à La Vie ...

- Oui, bien sûr, ça peut tout à fait oui. Même avec les textes de Serge Pey, ou de Manuel Daull notamment, il y a des proximités très fortes. Ce texte-là est important, comment il est arrivé, comment je l'ai défendu à l'époque, et l'on vient d'en refaire une nouvelle édition. Il y avait une série de cinq-cents exemplaires, j'en ai retiré une centaine, et en l'espace de quelques mois je peux en retirer une nouvelle centaine... Quand je suis en salon par exemple, que les gens ne connaissent pas, je leur dit de regarder par là. Ce n'est pas très cher, et en général, c'est un texte qui fonctionne très bien.

- C'est intéressant de chercher le pedigree de ta maison d'édition, à travers son aspect choral. Finalement une maison et ses identités, qui sont éclatées, se greffent autour d'une cause commune, qui est celle de donner définition de cette matière que l'on rapproche de la poésie.

- Je n'ai pas forcément souci de donner une définition, de mon côté...

- Mais c'est le mien de le faire...

- Ce qui m'intéresse – je me suis rendu compte qu'il y avait maintenant une quarantaine d'auteurs – c'est de voir, parmi ceux que je croise souvent comme les autres, qu'il y a toujours un intérêt commun pour leurs travaux respectifs. De voir comment, à un moment donné, le fait d'avoir été sous le même toit leur fait se parler autrement, ou tout du moins se parler à eux-mêmes différemment dans leur propre travail. Si la maison d'édition n'existait pas, je pense que ces rencontres se feraient d'une autre manière, mais peut-être la maison peut elle favoriser ces échanges et la découverte de l'autre – et comment cela vient interroger à chaque fois le travail de chacun.

 

 A suivre...

Propos recueillis et mis en forme par Benjamin Vareille,
Au café le Limousin, à Limoges.

Lisez la suite...
Découvrez le site des Editions Dernier Télégramme, dirigées par Fabrice Caravaca.

 

Posté par: Benjamin Vareille
Catégorie : Interview Focus Limousin Dernier Télégramme





comments powered by Disqus